Les prélèvements d'organes

Publié le par Amandine et Titia

Petit Rappel :
 
Toute personne en état de mort encéphalique est un donneur potentiel mais il existe néanmoins certaines contre–indications au prélèvement d’organes. C'est le cas par exemple pour certains cancers ou d'autres infections sévères.
La qualité du greffon dépend en grande partie des conditions de la mort du sujet donneur. Tout organe dont la fonction (et donc la qualité) est douteuse est immédiatement refusé.
Il n’y a pas de limite d’âge légale pour être donneur, le seul critère retenu est celui de la qualité des organes.
 
 
Qui prélève et où ?

Le prélèvement se fait par une équipe médico-chirurgicale exerçant dans un hôpital agrémenté.
Si l’hôpital dans lequel survient la mort du donneur n’est pas un hôpital agrémenté, le corps du donneur est transféré le plus rapidement possible vers un hôpital qui l’est, et ce de façon médicale, par le SAMU par exemple.
Une fois les prélèvements effectués, le donneur est ramené à l'hôpital dans lequel il est décédé, sans frais supplémentaire pour sa famille.
On peut prélever chez une même personne plusieurs organes on peut donc sauver plusieurs vies avec un seul corps.
 
La conservation du greffon :

Les greffons sont conservés au froid, dans des liquides de conservation. Le transport du greffon doit se faire au plus vite. En effet, la durée de conservation d'un organe n’excède pas quelques heures, même si elle varie selon l'organe concerné. 
 
Et l’argent dans tout ça ?

Le donneur est pris en charge par la Sécurité Sociale. Seuls sont dus les frais d’hospitalisation avant le décès.
Le transport du donneur d’un hôpital vers un hôpital agréé est pris en charge par l’organisme de couverture sociale du receveur. Il en est de même pour l’hospitalisation en réanimation et pour les examens pratiqués nécessaires aux prélèvements.
Les frais de prélèvements sont payés par les hôpitaux qui ont transplanté les organes.
Donc, pour la famille du donneur les prélèvements n’entraînent aucun frais supplémentaire. Par contre, une fois le corps rendu à la famille, celle-ci supportera les frais d’obsèques identiques qu’il y ait eu prélèvements ou pas.
 
On ne vous ment donc pas lorsque l’on vous dit que 
le don d’organes est GRATUIT.

Publié dans Don d'organes

Commenter cet article